Man, I feel like a woman

femme libérée

Simone de Beauvoir disait: “on ne naît pas femme, on le devient “. Mais quelles femmes sommes-nous devenues depuis ? Retour sur l’héritage laissé par les générations précédentes pour trouver une place, celle de femme libérée.

Merci les suffragettes

Donner la vie, protéger, rassembler, au début de l’Histoire, la féminité et les femmes étaient vénérées. Cultures et sociétés se façonnent au fil des siècles et ce rôle de mère est presque le seul qui va définir les femmes pendant des millénaires. Si la condition de la femme évolue peu, elle n’a jamais autant changé que depuis le siècle dernier. Les femmes que nous pouvons être aujourd’hui, nous le devons aux suffragettes. Les premières à se rebeller et à se battre pour un droit universel. Celui du droit de vote, première étape clé vers l’égalité, obtenu le 21 avril 1944 en France. Accès à la contraception, dépénalisation de l’avortement, le cri des femmes pour se libérer des carcans sociaux et libérer leur corps se fait entendre. Un corps féminin, qui reste au cœur des débats face à la domination masculine.

Aller plus loin que l’empowerment 

Littéralement traduit par “autonomisation”, l’empowerment n’est autre que l’émancipation féminine. Notion apparue dans les années 80, l’ère était à la prise de pouvoir. Finie l’éducation de petite fille modèle, celles-ci se rebellent. Autonomes financièrement, elles veulent vivre comme elles l’entendent. Une prise de pouvoir qui va conduire les femmes à mener toutes les batailles sur tous les fronts. Aujourd’hui les femmes doivent jongler parfaitement entre vie professionnelle et personnelle sans jamais faillir. Une condition difficile ajoutant un peu plus de pression, créant cette charge mentale dont beaucoup souffrent. Le côté positif de l’empowerment est celui de nous avoir donné des modèles. Si des icônes telles Madonna ou les Spice Girls nous ont fait pleinement ressentir le Girl Power, nous savons que ce n’est pas pour prendre la place des hommes. Aujourd’hui les femmes peuvent changer les codes et s’affranchir du patriarcat pour une société plus égalitaire.

S’approprier le féminisme

Héritière des suffragettes, une nouvelle figure combattante voit le jour : celle de la féministe. Longtemps associé à l’image de la vieille fille pas épilée et en colère, le terme féministe est de moins en moins stigmatisé. Depuis quelques années le féminisme fait sa révolution et se veut accessible, tendance. On l’entend et le voit partout presque comme un produit de consommation. Puissant outil marketing, en prônant la libération du corps féminin, il est même parfois hypersexualisé, devenant paradoxal pour certain.e.s. Mais le féminisme d’aujourd’hui offre le choix, celui de jouir de ses idées, de son corps et donc celui de respecter le choix des autres.

Le féminisme ne suit pas de règles et n’a pas de règles à suivre. Trop d’injonctions sont encore faites aux femmes pour que celui de se revendiquer féministe en soit une. Aujourd’hui on peut apprécier que l’on nous tienne la porte tout en se rendant à une marche #NousToutes. Le féminisme n’est plus une question de genre et réclame seulement l’égalité entre les hommes et les femmes. En talons ou en baskets, n’ayez pas peur de vos idées et soyez la féministe que vous souhaitez être.

La sororité, plus forte que tout

Égalité sur le plan politique, oui, égalité sur le plan professionnel, bof, égalité sur le plan social, heu … On pensait avoir trouvé notre place, être sur un pied d’égalité mais il semblerait qu’il s’agisse plus d’un orteil. “MeToo“, “Balance ton porc“, une chose n’était pas libérée: la parole. Nous venons de différents horizons et de différentes classes sociales. Nous avons différentes couleurs de peau et pourtant, le fait d’avoir des seins et un vagin nous transcende à travers des expériences communes. La sororité, c’est cette solidarité féminine de plus en plus forte qui nous réveille face aux injustices, harcèlements et violences dont les victimes principales restent les femmes. Et plusieurs voix valent mieux qu’une pour changer le système.

Des droits acquis par les suffragettes aux libertés réclamées par les féministes, c’est probablement la force positive de la sororité qui nous guidera vers une culture sans entrave et pleinement libre des hommes et des femmes.

Photo ©Thought Catalog

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi