Perte de libido : où est passé mon désir ?

perte de libido

Que ce soit pour fanfaronner ou pour faire des généralités, la libido est au centre de nombreuses conversations. Pourtant lorsqu’il est question de perte de désir, les personnes concernées se retrouvent seules face à leur questionnement. Alors comment se traduit une libido en berne ? Et comment y remédier ?

Libido y es-tu ?

Avant d’être une thématique récurrente des magazines féminins, la libido est avant tout liée au désir sexuel. En effet, elle se traduit par une envie d’éprouver du plaisir, de se masturber et/ou de faire l’amour. Celle-ci peut-être activée spontanément, lorsque le désir s’éveille soudain en nous, ou par des stimulus externes, tels que des images, des mots ou des caresses. De plus, la libido est propre à chacun.e et varie d’une période à l’autre. Cette fluctuation de désir est tout à fait normale et n’a rien à voir avec un trouble sexuel quelconque.

Cependant, on parle de perte de libido lorsque celle-ci disparaît du jour au lendemain. Quand le sexe, solo ou en duo, ne nous fait plus envie pendant une longue période sans pouvoir l’expliquer, c’est qu’il y a un hic. Surtout si cette baisse de désir est source de frustration, d’anxiété ou de souffrance.

Changements hormonaux vs désir féminin

Pour comprendre les raisons de cette perte de libido, il faut avant tout connaître son fonctionnement. Or, chez les femmes le désir est intimement lié au cycle menstruel et aux variations hormonales. Ainsi, la phase folliculaire, entre les menstruations et l’ovulation, est synonyme de libido élevé. Produites en grandes quantités, les oestrogènes favorisent la montée du désir et une meilleure lubrification vaginale. À l’inverse, la progestérone libérée durant la phase lutéale, après l’ovulation et avant les règles, calme et endort le corps. De plus, l’arrivée du SPM avec ses migraines et ses crampes abdominales coupe souvent tout envie de faire l’amour.

Un bouleversement hormonal important influence donc la libido. Si la puberté l’éveille, la grossesse, l’accouchement ou encore la ménopause peuvent la modifier, la ralentir voire même la supprimer.

Par ailleurs, la prise d’une contraception hormonale peut avoir des effets négatifs sur la libido. Pilule, DIU hormonal ou patch, ces méthodes contraceptives bloquent non seulement l’ovulation mais perturbent aussi la production naturelle des hormones sexuelles. Avec à la clé sécheresse vaginale, migraines ou perte de sensation. Néanmoins, toutes les femmes ne souffrent pas de ces effets secondaires et d’autres facteurs peuvent expliquer la perte de désir.

Et avec ceci ?

Fort heureusement la libido n’est pas seulement une question de cycle menstruel et ne s’arrête pas à la ménopause. Bien d’autres causes internes et externes modifient l’appétit sexuel. C’est le cas, par exemple, du stress ou de l’anxiété. Une surcharge de travail, une difficulté financière ou une charge mentale trop importante peuvent considérablement amoindrir le désir. Il en va de même pour la fatigue qui touche notamment de nombreux jeunes parents.

Sans oublier les problèmes au sein du couple et/ou le manque d’écoute d’un des partenaires. Difficile de se laisser aller lorsqu’on en veut à sa moitié ou qu’on ne lui fait pas confiance. De plus, un manque d’estime de soi est bien souvent synonyme de perte de libido. Avant de pouvoir désirer l’autre, il faut savoir se désirer soi même. Or, en se dévalorisant sans cesse, il est impossible de se sentir désirable.

Enfin, certaines maladies provoquent une baisse ou une disparition du désir. C’est le cas pour les cancers, le diabète, l’hypertension ou encore les affections cardio-vasculaires.

Réveiller sa libido !

Si vous désirez renouer avec votre libido, plusieurs solutions s’offrent à vous :

Première solution : booster son estime de soi ! Prenez le temps de vous observer et de noter toutes vos singularités. Décrivez-les en utilisant uniquement des adjectifs positifs. N’ayez pas peur de vous auto-complimenter et de vous parler avec bienveillance.

Deuxième solution : la communication. Ne restez pas seul.e face à vos frustrations et à vos incompréhensions. Ouvrez le dialogue avec votre partenaire pour comprendre ce qu’il vous arrive et vous reconnecter l’un à l’autre. En outre, n’hésitez pas à en parler à vos proches. Certains sont peut-être passés par là et pourront vous rassurer.

Troisième solution : la masturbation. Quoi de mieux pour se désirer et renouer avec sa libido que le plaisir solitaire. Choisissez un moment de détente où vous êtes seul.e. Caressez-vous doucement sans avoir d’attente particulière. Il s’agit seulement de redécouvrir votre corps et d’être à l’écoute de vos sensations.

Quatrième solution : le sexe sans pénétration. Rien de mieux pour casser la routine que de faire l’amour sans la pression de l’acte pénétratif. Pas de schéma à suivre ou de timing à respecter, juste du plaisir.

Cinquième solution : des remèdes à base de plantes. La nature est bien faite et nous permet de retrouver notre libido. Au choix : tisanes à base de gingembre et ginseng ou vaporisation d’huiles essentielles d’Ylang-Ylang et de sauge sclarée.

Sixième solution : consultation médicale. N’hésitez pas à parler de votre perte de libido avec un.e professionnel.le de santé. Ainsi, vous pourrez changer de contraception ou faire des examens complémentaires en cas de suspicion de maladie.

Je n’ai pas de désir et alors ?

Rappelons-le une bonne fois pour toute, il n’ y a pas de norme en terme de désir et de plaisir sexuel. Tant mieux si votre voisine s’éclate au lit ou que votre couple d’amis s’envoient en l’air minimum trois fois par semaine. Ce qui compte c’est vos propres sentiments et votre propre désir. Si, et seulement si, cette baisse ou absence de libido vous fait souffrir, alors testez les solutions proposées. Sinon, ne vous forcez pas ! N’écoutez pas ces adages aberrants tel que “l’appétit vient en mangeant “.

Les personnes asexuelles ne sont pas victimes d’une pathologie et vivent très bien leur absence de désir. La libido n’est pas une condition sine qua none du bonheur et de l’épanouissement. Alors, si vous êtes sans désir et heureux.se de l’être, ne changez rien !

Photo @Rf Studio

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi