Fantasmes inavouables : dois-je m’inquiéter ?

fantasmes

Ils nous donnent chaud, ils nous font rougir…les fantasmes troublent parfois nos nuits et nos jours. S’ils sont l’expression de nos désirs sexuels, certains sont tellement inavouables qu’ils peuvent nous faire peur. À tort ou à raison ? Finalement quelle est la part de rêves et de réalité dans nos fantasmes ?

Manifestation d’un désir

Pour comprendre un peu mieux la notion de fantasme, il faut se tourner vers la psychanalyse. En effet, c’est Sigmund Freud ( oui encore lui…) qui a travaillé en premier sur cette notion. Il la définit comme une représentation d’un scénario fictif impliquant une certaine mise en scène et un ou plusieurs personnages. De plus, selon lui le fantasme est non seulement le produit de notre imaginaire mais également la manifestation d’un désir profond suggéré par notre inconscient.

Ainsi, tout le monde a des fantasmes mais au même titre que les rêves nous n’en avons pas forcément conscience. Si certains se traduisent par des pensées coquines en pleine journée, d’autres se manifestent à travers des rêves érotiques la nuit. Dans les deux cas, les fantasmes sont à l’origine de nos songes, de nos séances de masturbation, de nos expériences sexuelles et parfois même de certains lapsus. D’une certaine manière, ils sont l’aspect psychologique de la sexualité.

Sexualité culturelle

Afin d’éviter toute angoisse à propos de la nature de votre désir profond, il est important de rappeler qu’un fantasme est très complexe. Effectivement, bien plus que le reflet d’une envie, il est le résultat d’une histoire et d’un développement psychique particulier. Le fait est que nos fantasmes évoluent au fil de nos expériences sans qu’ils soient forcément réalisés. Par ailleurs, il ne faut pas oublier l’influence du monde qui nous entoure. Les publicités, les livres, les films ou les relations sociales participent donc à leur construction.

Il est probable que certains de vos fantasmes ne soient pas en accord avec vos valeurs et vous choquent. Vous pouvez par exemple être féministe et être excité.e par du porno mainstream. Tout simplement parce qu’inconsciemment, vous avez intégré les codes de la sexualité patriarcale. Tout comme vous pouvez fantasmer à l’idée de tromper votre partenaire parce que l’infidélité est rendue désirable par les séries télés. Mais rassurez-vous, il y a une différence entre le fantasme et la réalité. Entre le rêve et le passage à l’acte. Un fantasme de tromperie ne signifie pas que vous allez tromper votre partenaire ou que vous ne l’aimez plus. Vous ne devez pas avoir honte ou vous sentir coupable. Les fantasmes sont naturels et même nécessaires à l’entretien de notre désir sexuel. Ils sont en quelque sorte les moteurs de la libido.

Rêve ou réalité ?

Maintenant c’est à vous de voir, si vous avez envie d’assouvir vos fantasmes ou non. Si cela peut contribuer à votre épanouissement sexuel ou absolument pas. Tout est possible, à partir du moment où il y a respect et consentement des partenaires. Néanmoins, gardez à l’esprit que le fantasme est une déformation de la réalité. En effet, dans nos rêves érotiques chaque geste est source d’excitation et de plaisir. Il n’y a pas de place pour les désagréments et les éventuelles déceptions. Or, en réalité une pratique sexuelle peut finalement nous laisser de marbre ou nous déplaire.

De plus, si l’imaginaire est fort agréable, il ne prend pas en compte les manifestations physiques et psychologiques d’une relation sexuelle. Par exemple, faire l’amour sur la plage est très excitant jusqu’à ce qu’un grain de sable s’infiltre dans votre intimité. Un plan à trois peut-être jouissif sauf si la jalousie ou la peur de l’abandon prend le dessus. Ainsi, fantasmer est souvent plus exaltant que de réaliser ses fantasmes.

Photo ©Victoria Borodinova

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi