Alicia Makanja, la cuisine afro-végétale source de bien-être

Alicia Makanja, cuisine afro-végétale

Poussée par sa fibre entrepreneuriale, Alicia Makanja se réinvente sans cesse. Alors qu’elle occupe un poste à plein temps dans le développement durable, elle crée en parallèle une marque de vêtements. Puis, elle opère un virage à 180 degrés et lance un bar à smoothies et pâtisseries nomades. Aujourd’hui, Alicia est créatrice culinaire et consultante en nutrition afro-végétale.

Quel a été ton point de départ ? Ton déclic ?

La cuisine et la nutrition saine font partie de ma vie depuis que je suis petite. Chez moi, chaque plat, chaque pâtisserie étaient préparés à partir d’ingrédients bruts. J’ai donc toujours fait attention à manger ce qui était bon pour moi. D’ailleurs, que ce soit dans la sphère privée ou familiale, je cuisine et je crée continuellement de nouvelles choses.

Après mes études et après avoir expérimenté l’entrepreneuriat dans la mode, je me suis posé la question de savoir ce que je voulais vraiment faire au quotidien. Je souhaitais trouver une activité avec du sens, avec laquelle je me sentirai alignée. La cuisine est apparue comme une évidence. Suite à cette révélation, j’ai suivi une formation en pâtisserie végétale, j’ai commencé à créer du contenu sur Instagram et je suis devenue résidente dans un coffee shop où je proposais mes plats toute la journée et des brunchs le dimanche.

Au fur et à mesure, mon activité s’est précisée. Depuis quelques mois, j’accompagne les professionnels de la restauration souhaitant créer une offre afro-végétale ou végétaliser une partie de leur carte. Je propose également mes services aux particuliers désirant changer leur alimentation. Et plus précisément les afro-descendants qui souhaitent consommer des produits qu’ils connaissent, qu’ils ont l’habitude de manger et qui leur rappelle leur enfance.

Quel est le principe de la cuisine afro-végétale  ?

L’idée est de cuisiner des produits afro-caribéens qui sont peu utilisés, peu étudiés et de les travailler de manière originale dans une dimension saine et végétale. Tout en respectant les qualités nutritionnelles de chaque aliment. Cette recherche et cette créativité sont très importantes car l’alimentation n’est pas uniquement une façon de ne plus avoir faim et de remplir son ventre. C’est aussi prendre soin de soi physiquement, psychologiquement et spirituellement.

Par ailleurs, les produits afro-caribéens sont très intéressants car ils ont de grandes qualités nutritionnelles. La plupart sont des super-aliments. Je trouve que c’est dommage de ne pas en profiter et/ou de préférer prendre le raccourci des compléments alimentaires pour se supplémenter en vitamines et minéraux. D’autant plus que ces produits sont mieux assimilés par le corps.

Pour moi la cuisine afro-végétale est une évidence car je suis martiniquaise. Les aliments que j’aime travailler et manger sont afro-caribéens, donc je ne me voyais pas les mettre de côté. Finalement mes convictions personnelles se traduisent dans ma pratique professionnelle.

Pourquoi ce désir d’accompagner les gens vers une alimentation saine ? 

Parce que je pense qu’aujourd’hui encore, beaucoup d’informations sur l’alimentation nous échappent. Notamment à cause de l’industrie agroalimentaire. Quand je vois des personnes scanner leurs produits alimentaires dans l’application Yuka, cela me fait sourire. Certes, ils ont obtenu des informations sur ces derniers mais ils n’ont pas réfléchi à leur alimentation. Cette application est bien mais elle n’est pas suffisante. Elle ne permet pas aux consommateurs de conscientiser leurs achats et de prendre le temps de penser leur alimentation dans son ensemble. De plus, un bon score dans Yuka ne garantit pas une nutrition saine puisque les produits avec des codes-barres sont forcément transformés, industrialisés.

C’est pour cette raison que j’ai envie d’aider les gens dans leur démarche de vie plus saine. Mon objectif n’est pas de rallier tout le monde à la cause végétalienne mais plutôt d’accompagner ces personnes dans une transition personnelle.

Quels sont tes conseils pour une alimentation saine ?  

L’élément essentiel d’une alimentation saine est de partir sur des aliments bruts ou les moins transformés possible et d’avoir des connaissances de base en nutrition. Il faut savoir ce dont on a besoin. En majorité des macronutriments, c’est-à-dire du gras, du bon sucre et des protéines. Quand on sait dans quoi les trouver, on est capable de bien manger. Car tout le reste, on le sait déjà. Consommer des fruits, des légumes, des huiles, des céréales…Après tout est question de micronutrition, de proportions et d’équilibre.

Se faire plaisir de temps en temps est primordial car se restreindre est contre-productif. D’ailleurs, lorsque j’échange pour la première fois avec les personnes que j’accompagne, je leur pose toujours la même question : ” qu’est-ce que tu aimes manger et que tu considères comme mauvais pour toi ? “. Ainsi, à partir de cette réponse, j’essaye de trouver des recettes alternatives. Par exemple, en ce moment, j’aide une personne intolérante au gluten qui adore les financiers et qui ne veut pas s’en passer. Au lieu de lui interdire d’en manger, on travaille ensemble sur une recette adaptée qui lui plaît et qui ne lui fera pas de mal.

Selon toi, c’est quoi l’art culinaire ? 

C’est le fait de détourner les aliments et de les utiliser pour leurs propriétés techniques. Prenons un exemple très simple : la banane. On s’en sert beaucoup dans les recettes sans sucre ou sans œuf. Dans ce cas, elle est utilisée pour sa texture et pas pour son goût. Il y a plein d’autres aliments que l’on peut cuisiner de cette façon.

Ensuite l’art culinaire se traduit aussi par le fait d’assembler des aliments de manière créative. Que ce soit en termes de goût ou de visuel.

Qu’est ce que ce travail t’apporte au quotidien ? Comment tu te sens ? 

Quand je fais un comparatif avec mon passé dans la mode, je me rends compte que ce sont deux univers complètement différents. Cela reste de la création et il y a toujours cette satisfaction d’imaginer et de réaliser un produit qui va procurer du plaisir. Néanmoins, la cuisine a une dimension bien plus profonde car elle agit directement sur le bien-être physique et la santé. C’est très gratifiant !

J’apprécie aussi énormément d’apprendre de nouvelles choses chaque jour. Notamment grâce à mes clients avec lesquels j’ai un réel échange. Finalement cela me permet de grandir. Plus le temps passe, plus je réalise que mon accompagnement ne s’arrête pas à l’assiette mais touche également la santé globale et naturopathique.

Quel est le regard des autres par rapport à ce projet ?

Je dirais plutôt positif. En même temps, après sept ans d’entrepreneuriat, mes proches ont eu le temps de se faire à l’idée. Il y a eu de la surprise du côté de mes ami.e.s ou de mes ancien.ne.s collègues mais dans le bon sens du terme. En fait, comme j’emmenais des plats partout où j’allais et que je donnais déjà des conseils, elles.ils ont perçu ma nouvelle activité comme un prolongement de ma personnalité.

Est ce que tu as des modèles ? Des sources d’inspiration ? 

Oui essentiellement des personnes sur Instagram qui élaborent des recettes et qui sont dans la même démarche que moi : procurer du plaisir que cela soit gustatif ou visuel ! J’aime également beaucoup les travaux du Docteur Sébi et du professeur Joyeux. Ils ont une approche de la santé qui est holistique et qui s’inscrit de la naturalité. Sinon j’apprécie énormément les écrits de Cyril Gogo, un écrivain qui met en exergue les pouvoirs du corps humain et notamment celui de la femme. 

Et la suite c’est quoi ? Est-ce que tu as des projets pro ? Des projets persos ?

Je suis actuellement en cours de formation de naturopathe. Donc gros projet en perspective. L’objectif est de me perfectionner dans ma pratique et d’acquérir la maitrise de nouveaux outils afin d’aider au mieux les personnes que j’accompagne. Mes spécialisations se dirigeront vers la nutrition végétale, le bien-être et l’alimentation de populations spécifiques : les enfants, les femmes en fonction des différents moments de leur vie…

À plus court terme, j’ouvre les inscriptions pour mon accompagnement en septembre prochain. D’ailleurs, j’invite les personnes intéressées à s’inscrire à ma newsletter pour être informées en avant-première de l’ouverture. Je limite grandement les places afin d’être en mesure d’offrir un accompagnement de qualité.  

Si tu jetais une bouteille à la mer, quel message te laisserais-tu pour ton toi futur ou pour les prochaines générations ?

Je leur dirais ” préservez votre santé physique et mentale, par tous les moyens, quelque soit votre âge et le contexte de votre vie “. Et c’est un message que je me laisse aussi à moi-même, maintenant et dans le futur.

Vous avez envie d’être accompagné.e par Alicia et/ou de suivre ses aventures ? N’hésitez pas à vous inscrire à sa newsletter ici.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi