Tantrisme : quand spiritualité et sexualité sont liées

tantrisme

Ce n’est pas la première fois qu’une approche orientale nous enseigne un art de vivre. Le tantrisme est même un art d’aimer où corps et esprit ne font qu’un autour d’une énergie sexuelle profonde.

Qu’est-ce que c’est ?

C’est tout d’abord un courant spirituel venant d’Asie, découlant de l’hindouisme et du taoïsme. Associé à la sexualité, son origine repose sur des textes sacrés, des rituels et des pratiques ancestrales qui vont bien au-delà. Appelé aussi tantra, celui-ci est un chemin existentiel, une philosophie de vie où l’on cherche à fusionner le corps et l’esprit. Dans la vision tantra, spiritualité et sexualité sont liées. On le pratique seul.e, en couple ou en groupe pour être dans un état d’éveil de soi.

L’exploration des sens ainsi que des outils tels que la respiration et la méditation vont permettre cet éveil total. Contrairement à la sexualité dite classique (avec pénétration), le tantrisme n’est en aucun cas dans la performance ou la jouissance. Mais il est plutôt une extase sensorielle, spirituelle et corporelle. On ne cherche pas à faire l’amour ou à faire du sexe mais à partir à la rencontre de soi et/ou de l’autre.

Quand on pratique le tantra, on est à l’écoute de nos ressentis et de nos émotions pour laisser circuler l’énergie sexuelle: la kundalini. On peut alors ressentir cette puissance, qui part du chakra racine (proche des organes sexuels), et la diriger vers le corps tout entier pour transcender cette énergie et la partager.

Pour débuter à deux

Habillés ou dévêtus, il faut d’abord créer une atmosphère douce et propice à la relaxation, à l’éveil des sens. Allumer des bougies, monter le chauffage à 25° pour être à l’aise et couper son téléphone pour ne pas être dérangés.

La femme et l’homme se placent face à face, assis en tailleur avec les genoux qui se touchent. On place alors ses mains sur les genoux de l’autre puis on prend le temps de s’observer, de synchroniser sa respiration pendant une vingtaine de minutes. Ensuite, la femme peut se rapprocher et placer ses jambes sur les cuisses de l’homme, de part et d’autre de sa taille. Pour mieux ressentir les énergies, on place sa main sur le cœur de l’autre. Rien n’est interdit ou obligatoire dans la pratique tantrique. Paroles, silences, fous rires, pénétration s’y l’on a envie, il faut laisser les corps s’exprimer sans jugement. Enfin, la femme peut venir s’installer entre les jambes de son partenaire et enrouler les siennes autour de sa taille. C’est la posture du yab-youm. Pour plus de complicité et d’échange des énergies, on pose son front l’un contre l’autre, au niveau du 3e œil.

On parle ici d’homme et de femme car ils représentent l’union divine de Shiva et Shakti. Shiva étant le pôle solaire, le côté yang tandis que Shakti, déesse hindoue représente le pôle lunaire, le yin. Tous deux étant nécessaires à l’autre pour une harmonie profonde.

Les bienfaits

La magie du tantrisme réside dans l’intimité qu’il est possible de créer entre des personnes, peu importe le sexe. Elle permet aussi de réveiller l’énergie sexuelle, parfois éteinte si nos chakras sont fermés. Sans pour autant parler de libido, le tantra réveille le désir. Pas seulement sexuel, mais un désir de tout, de se sentir vivant.e.

C’est ainsi une ouverture sur le plaisir, le lâcher-prise, mentalement et corporellement. Souffrant de charge sexuelle, on peut parfois être déconnectée de soi et faire l’amour comme une routine sans être vraiment dans le moment présent. Le tantra va permettre de s’ancrer, de faire corps avec son corps et d’accepter ses complexes par exemple.

Le tantra repose sur les ressentis, les émotions et les envies. Loin d’une croyance classique, la femme n’a pas forcément besoin d’être pénétrée. Elle ne doit rien à l’homme et chacun doit se sentir libre. L’homme peut lui aussi se libérer de la performance et de l’éjaculation finale pour faire jouir l’autre. Les codes classiques de la sexualité sont abolis avec le tantrisme. Celui-ci est sacré et s’y adonner doit venir de l’intérieur. Le besoin de se sentir relié pour faire l’amour de façon divine.

Photo ©Ana Maria Moroz

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi