Sécheresse vaginale : comment y mettre fin ?

sécheresse vaginale

Parce qu’elle est plus que désagréable, la sécheresse vaginale n’est pas la bienvenue dans notre culotte. Avec son lot de symptômes, elle rend le quotidien inconfortable et la vie sexuelle parfois douloureuse. Alors comment s’en débarrasser ?

Zone intime aride

La sécheresse vaginale se définit tout simplement par un manque ou une absence totale de lubrification. Ce phénomène s’explique non seulement par une modification de la glaire cervicale mais également par un ralentissement de la production de cyprine. En effet, la première sécrétion vaginale, produite par les glandes de l’endomètre, garde le vagin dans une humidité constante. Elle assure ainsi son nettoyage naturel et le protège des bactéries. La seconde sécrétion, quant à elle, est produite par les glandes de Bartholin et prépare le vagin aux relations sexuelles.

Le ralentissement ou l’arrêt de la production de ces deux sécrétions provoque un déséquilibre de la flore vaginale. D’un côté, les muqueuses vaginales deviennent plus sensibles et fragiles. Et de l’autre, les bactéries obtiennent un accès facile à la zone intime. À cause de ce déséquilibre, la sécheresse vaginale est synonyme de sensations d’irritations, de brûlures ou encore de démangeaisons. Ces symptômes rendant alors le port de certains sous-vêtements désagréable, la position assise inconfortable et le sexe douloureux. Similaire sur certains points à la mycose vaginale, il ne faut pas pour autant confondre les deux. Cette dernière étant une infection en lien avec une prolifération de champignons.

D’où vient cette sécheresse ?

Loin d’être rare, la sécheresse vaginale touche près de 46% des femmes. Si le manque de lubrification est commun à chaque cas, la cause de ce dysfonctionnement varie d’une femme à l’autre.

Un bouleversement hormonal en est sans doute la première cause. En effet, les glandes de l’endomètre et de Bartholin sont directement stimulées par les hormones féminines. Ainsi toute fluctuation hormonale provoque souvent une diminution de la lubrification. C’est pourquoi les femmes ménopausées ou enceintes souffrent plus souvent de sécheresse intime. Dans certains cas, la prise d’une contraception hormonale, telle que la pilule ou l’implant, est la source de cet inconfort.

Une hygiène intime trop excessive est la deuxième cause de ce dysfonctionnement. En lavant trop souvent la zone intime avec des produits agressifs, on détériore la fonction auto-nettoyante du vagin. Ce dernier n’est pas sale et n’a pas besoin d’être récuré. Un nettoyage à l’eau savonneuse une fois par jour est amplement suffisant. Et surtout pas de douche vaginale !

Enfin, le stress peut également entraîner une sécheresse intime. Si l’anxiété est capable de causer des troubles du sommeil et de l’appétit, il en va de même pour la lubrification. De plus, une grande fatigue ou une dépression peuvent limiter le fonctionnement de certaines parties du corps.

Objectif lubrification

Heureusement, il existe de nombreux remèdes à la sécheresse vaginale. Le premier étant la suppression de plusieurs facteurs déclencheurs. Si c’était votre cas, mettez fin au nettoyage excessif de votre vagin et évitez de porter des sous-vêtements trop serrés. Pour relâcher la pression n’hésitez pas à pratiquer une activité sportive ou de la méditation.

Dans un second temps, vous pouvez également prendre rendez-vous chez un.e professionnel.le de santé. L’idée ici étant de changer de contraception ou de faire des analyses pour vérifier que tout va bien. Vous pouvez également vous faire prescrire des ovules à mettre au fond du vagin pour rééquilibrer votre flore vaginale.

Ensuite, n’hésitez pas à investir dans du lubrifiant et à faire durer les préliminaires. En effet, on oublie souvent que le corps n’est pas une machine. Il a parfois besoin d’un coup de pouce pour fonctionner correctement. Cela permettra d’ailleurs d’éviter une accentuation des irritations.

Pour finir, vous pouvez améliorer la lubrification vaginale via l’alimentation. Privilégiez des aliments riches en acides gras tels que le saumon, l’avocat ou l’huile d’olive. Ces derniers favorisant une hydratation de toutes les muqueuses. Les tisanes à base d’houblon, source de phyto-œstrogènes, sont également d’excellents remèdes naturels.

Photo ©Cliff Booth

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi