Parler de sexe avec son entourage : on saute le pas !

parler de sexualité

Entre les articles sexo des magazines et les scènes sensuelles des films, la sexualité fait partie de notre quotidien. Mais alors pourquoi parler de sexe est parfois si difficile ? Que ce soit avec son ou sa partenaire, ses amis ou sa famille, on aborde encore peu souvent ce sujet. Pourtant c’est sans doute le secret d’une vie sexuelle saine et épanouie.

Parler de sexe et bien plus encore

Contrairement aux idées reçues, parler de sexe ne se résume pas à raconter sa dernière partie de jambes en l’air. Même si cela reste passionnant. Effectivement il s’agit d’aborder le sujet de la sexualité et de l’intimité avec une autre personne. La conversation peut alors tourner autour du plaisir, de la masturbation et du consentement. Mais elle peut aussi se concentrer sur la contraception, les IST ou l’anatomie féminine. Certaines personnes préféreront se concentrer sur les émotions et les sentiments ressentis lors d’une relation sexuelle. Alors que d’autres se focaliseront uniquement sur l’aspect technique.

De plus, il existe plusieurs façons de parler de sexualité. On peut utiliser des mots scientifiques, crus ou encore un langage familier. Finalement, du moment que le sexe n’est pas associé à la honte, il n’y a aucune règle à respecter. D’ailleurs, le plus important est d’en parler et de ne pas en faire un sujet tabou.

Culture point G

Parce que oui parler de sexe est bénéfique sur bien des aspects. Tout d’abord, cela permet non seulement de partager ses expériences mais aussi ses interrogations. Plutôt que de rester seul.e face à ses incertitudes, on peut se tourner vers les autres pour obtenir des réponses ou mieux comprendre ce qui nous arrive. Par ailleurs, en discutant librement de sexualité on ouvre la porte aux personnes qui ont besoin d’aide ou de se confier.

Ensuite, cela favorise l’apprentissage. Oui on peut apprendre de ses erreurs mais parfois il vaut mieux être bien préparé.e avant de se lancer. Notamment en termes d’IST et de grossesse non désirée. Sans compter que parler de sexe est le meilleur moyen de prendre du recul par rapport à certaines situations ou idées préconçues.

Enfin c’est une façon de normaliser l’intimité et la sexualité. Le sexe n’est pas sale ou avilissant et il n’y a aucune raison de se sentir gênée ou d’avoir peur d’évoquer le sujet. La communication évite non seulement les mauvaises surprises et expériences mais aussi les stigmatisations. Elle favorise ainsi une vie sexuelle saine et sécurisée.

Pas n’importe comment ni à n’importe qui

Prêt.e à parler sexe à tout bout de champ ? Parfait ! Maintenant, il faut savoir avec qui en discuter et surtout comment.

Son/sa partenaire :

Le secret de longévité d’un couple ou d’une relation sexuelle réussie ? La communication ! En parlant de sexe, on dit ce qui nous donne du plaisir et on identifie les envies et fantasmes de l’autre. Mais on découvre aussi les frustrations, les limites et les moments de doute de chacun.e. Une vie sexuelle épanouie se traduit par l’absence de non-dits, de gène ou de mal-être. Bon à savoir : rien de mieux que la parole pour s’assurer du consentement de son ou sa partenaire.

Maintenant à vous de voir, si vous souhaitez en parler avant, pendant ou après l’acte. D’ailleurs cela dépendra sûrement du sujet concerné. Par exemple, la question de la contraception mérite une discussion à tête reposée. Alors que l’utilisation ou non d’un sex toy peut être aussi bien décidé avant ou dans le feu de l’action.

Ses ami.e.s :

À vous de placer le curseur de la subtilité et de la confidentialité. Soit vous avez envie de tout raconter, soit vous préférez vous contenter de détails. Cela dépend d’ailleurs du type d’amitié entretenue : de longue date, profonde ou récente. Si c’est la première fois que vous vous ouvrez sur le sujet, privilégiez une discussion avec une seule personne. Ou alors profitez d’une soirée confidences autour d’un verre ou d’un film.

Bien souvent parler d’un livre ou d’une série est un bon moyen d’entrer dans le vif du sujet. Sans compter qu’il permet de tester la sensibilité de vos interlocuteurs. Car oui, le but n’est pas non plus d’offenser ou de secouer vos ami.e.s mais plutôt d’échanger et de partager des expériences ou des conseils.

Ses enfants/ Son frère ou sa soeur :

Que vous ayez une fille ou un garçon, il est indispensable de parler de sexe avec eux. L’éducation ne s’arrête pas à l’école ou au savoir-vivre mais va au-delà. L’idée est de leur donner les clés pour une vie équilibrée, et dans ce cas précis, une vie sexuelle épanouie et sécurisée. Ainsi, vous devez évoquer aussi bien la grossesse et les IST que le plaisir ou la connaissance de leur corps.

À noter que vous n’êtes pas obligé.e de tout dévoiler en deux heures. Au contraire, adaptez votre discours à leur âge et à ce qui se passe dans leur vie. Cela commence dans l’enfance avec les noms véritables des organes génitaux (un vagin est un vagin) et cela se poursuit à l’adolescence avec la contraception ou le consentement. Pour entamer la conversation, vous pouvez offrir un livre sur le sujet à votre enfant. De cette manière, il.elle pourra le lire et l’analyser de son côté et venir vous poser des questions par la suite. De plus, dites lui que vous êtes ouvert.e à tout type de discussion et que vous êtes disponible en cas de besoin. Dans tous les cas, ne forcez pas les choses. Prenez le temps de les écouter et d’observer leur réactions.

Si vous avez un petit frère ou une petite soeur, vous pouvez fonctionner de la même façon. Via un livre, une série ou un documentaire, vous pouvez aborder le sujet doucement. Généralement, les aîné.e.s sont des modèles pour les cadets. Alors n’hésitez pas à parler de votre expérience ou à leur donner des conseils.

Photo © Gary Barnes

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi