Ovulation : un rendez-vous fixe ?

l'ovulation

Phase particulière du cycle menstruel, l’ovulation est synonyme de fertilité. Les femmes avec un désir d’enfant l’attendent avec impatience et celles sans, la surveillent et s’en méfient. Pourtant le corps n’est pas une machine et il arrive que l’ovulation se fasse attendre ou réserve quelques surprises.

Les bases de l’ovulation

L’ovulation fait partie du cycle menstruel et se produit après la phase folliculaire et avant la phase lutéale. Elle se caractérise par l’expulsion d’un ovocyte par un des deux ovaires. Ainsi, elle correspond à la période fertile du cycle puisque l’ovule libérée est fécondable pour une durée de 24h. Ensuite, il y a deux scénarios possibles. Soit l’ovocyte est fécondé et descend alors dans l’utérus pour préparer la nidation. Une grossesse débute alors. Soit, il ne l’est pas et le corps jaune qui l’entoure se détériore jusqu’à l’arrivée des règles.

Contrairement aux idées reçues, l’ovulation ne se produit pas forcément au 14ème jour du cycle menstruel. Rien d’étonnant puisque cette histoire d’un cycle qui dure toujours 28 jours est un mythe. Effectivement chaque femme étant différente, cette phase peut se produire autour du 11ème jour en cas de cycle court ou autour du 19ème jour en cas de cycle plus long. De plus, il n’est pas rare d’observer des cycles sans ovulation et d’autres avec deux.

Ovulation où es-tu ?

Un cycle anovulatoire est un cycle sans ovulation. C’est-à-dire qu’aucun ovocyte n’a été expulsé par un ovaire. Sans doute parce qu’en phase folliculaire, la production de l’hormone folliculo-stimulante, FSH et lutéinisante, LH, n’a pas été suffisante pour mener à maturité les follicules et donc l’ovocyte. Rien d’anormal si ce phénomène se produit de temps en temps. En effet, le corps n’est pas une machine et un cycle anovulatoire n’est pas systématiquement synonyme d’infertilité.

Sans oublier que beaucoup de facteurs peuvent influencer le cycle menstruel. Le stress et l’anxiété par exemple. Mais aussi des médicaments, un surpoids ou une dénutrition ou encore une activité sportive trop intense. Bien sûr certaines causes de l’anovulation sont en lien avec une infertilité potentielle telles que l’approche de la ménopause, un SOPK ou une insuffisance ovarienne.

Comment savoir si un cycle est anovulatoire ? À moins d’être particulièrement à l’écoute de son corps et des signes du cycle menstruel, il est très difficile de le savoir. Notamment parce qu’il n’y a aucun symptôme physique particulier. Si ce n’est des règles qui arrivent très tôt, au bout de moins de 21 jours, ou au contraire très tard, après plus de 40 jours. Une absence totale de menstruations, si elle n’est pas le signe d’une grossesse, peut être aussi révélatrice. Sinon dans le cas où l’on a l’habitude d’observer ses pertes vaginales, on pourra remarquer que la glaire cervicale ne passe pas par l’étape ” blanc d’oeuf “. Néanmoins seul un bilan hormonal et/ou une échographie pourront identifier la présence ou non de l’ovulation.

Deux pour le prix d’une

À l’inverse, l’ovulation peut se produire deux fois au cours d’un même cycle menstruel. C’est-à-dire que l’ovaire expulse deux ovocytes soit simultanément soit à 24h d’intervalle. Ce phénomène plutôt rare augmente les chances de fécondation et donne souvent naissance à des faux jumeaux.

Cette double ovulation n’a pas de cause naturelle spécifique si ce n’est l’hérédité, la présence de faux jumeaux dans la famille. En revanche, elle est très souvent liée à un arrêt de la pilule récent ou à un traitement de stimulation ovarienne qui favorise la procréation.

Tout comme l’anovulation, elle est difficilement identifiable. Les femmes plus à l’écoute de leurs corps ou qui pratiquent la symptothermie observeront une hausse de la température et un changement dans leur glaire cervicale. Mais rien qui diffère d’une simple ovulation.

Photo © Anete Lusina

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi