Asexualité : pas un problème de libido !

asexualité

Dans notre société où le sexe fait jouir, vendre et parler, l’asexualité semble particulièrement étrange. Pourtant cette absence de désir pour autrui n’est ni une phase ni une maladie mais bien une orientation sexuelle.

Une orientation sexuelle

L’asexualité se définit tout simplement par le fait de ne ressentir de l’attirance ou du désir pour personne. Loin d’être une phase, un choix ou une maladie, il s’agit bien d’une orientation sexuelle au même titre que l’hétérosexualité. Les personnes asexuelles font partie de la communauté LGBTQIA+. Le A faisant référence à asexuel.le ou ACE.

Contrairement à certaines idées reçues, l’asexualité n’a rien à voir avec l’abstinence. Puisque celle-ci se caractérise par le fait de choisir ou devoir ne pas faire l’amour. Or on peut être abstinent.e et ressentir du désir ou de l’attirance pour quelqu’un. De plus, les personnes asexuelles ne renoncent pas à l’acte sexuel et ne sont pas frustrées. Elles vivent très bien le fait de ne pas avoir de rapport sexuel puisqu’elles n’en ressentent pas l’envie. Elles ne sont pas non plus malades. L’asexualité n’est pas une maladie psychiatrique ou physiologique. Effectivement, elle n’est pas le symptôme d’une dépression ou d’un dérèglement hormonal par exemple.

Par ailleurs, le fait de ne pas avoir de désir pour une autre personne ne signifie pas qu’il est impossible de tomber amoureux. Le sentiment amoureux est bien distinct de l’attirance sexuelle. Rien d’étonnant d’ailleurs puisqu’il est possible de faire l’amour avec une personne sans l’aimer pour autant. L’inverse est donc possible. Ainsi, l’asexualité n’est pas incompatible avec une vie de couple épanouie. Il suffit simplement de trouver une.e partenaire également asexuel.le ou sur la même longueur d’ondes.

Pas une question de libido ou de plaisir

L’asexualité n’est pas un problème d’ordre physique ou physiologique. En effet, les organes sexuels fonctionnent bien et peuvent être stimulés. Les personnes asexuelles sont capables de ressentir du plaisir et de jouir. D’ailleurs certaines se masturbent pour répondre à un besoin physiologique, comme boire ou manger. Elles peuvent également fonder une famille puisque l’absence de désir n’empêche pas la procréation.

En revanche, si l’on ne ressent plus de désir pendant une certaine période ou d’un coup, il s’agit sans doute d’une baisse de libido. Cette dernière est largement impactée par la charge mentale, le stress ou la routine. Mais aussi par les variations hormonales provoquées par la ménopause, la grossesse ou encore la prise de la pilule. Dans ce cas, il convient plutôt de faire quelques analyses pour savoir d’où vient ce manque de désir.

Même chose en cas d’absence de plaisir puisque les personnes asexuelles peuvent en ressentir. Ce manque de sensation en cas de stimulation peut être en lien avec une méconnaissance de son corps, un.e partenaire qui s’y prend mal ou une dépression. Sans oublier certains chocs physiques et émotionnels tels qu’un accouchement difficile ou un décès qui bouleversent le fonctionnement du corps.

Bien vivre son asexualité

Parce que découvrir son asexualité est difficile à vivre, il ne faut pas hésiter à en parler. Voire même à se revendiquer comme tel puisque cela permet de mettre des mots sur son identité. C’est une manière de se sentir légitime, normal.e et de montrer qu’il ne s’agit pas d’une phase ou d’une maladie.

Même si cela est extrêmement difficile, surtout aujourd’hui avec les réseaux, il ne faut pas se forcer à cause de la pression sociale. Ce n’est pas parce que vos proches sont sexuellement actifs et parlent de leur expérience, que vous devez les imiter. Bien sûr, vous pouvez faire l’amour par curiosité ou pour tester mais seulement si c’est votre choix. Pas parce que votre copine Josette vous dit que la levrette c’est génial !

Pour finir rappelez-vous que votre orientation sexuelle ne vous empêchera pas d’être épanoui.e. Si vous vous sentez seul.e ou que vous avez besoin de partager votre expérience et ressentis, vous pouvez rejoindre un réseau d’entraide ou une association. D’ailleurs cela pourra être l’occasion de vous faire de nouveaux amis ou de trouver l’amour.

Photo © Monstera

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi