5 idées reçues sur la sexualité féminine !

sexualité féminine

Aujourd’hui encore la sexualité féminine est un sujet tabou. Si le corps des femmes est utilisé pour vendre tout et n’importe quoi, il reste mystérieux pour un grand nombre de personnes. Plus pour longtemps ! Il est temps d’en parler ouvertement et de déconstruire certains mythes.

Les femmes ont moins de libido

Faux ! Grande nouvelle (non absolument pas), les femmes ont autant envie de faire l’amour que les hommes ! Contrairement aux idées reçues, les deux sexes sont naturellement égaux face au désir. Ainsi, comme chaque être humain est différent, certaines femmes ont une libido importante tandis que certains hommes en ont peu. Et c’est tout à fait normal.

La seule différence, c’est que le cycle menstruel et les variations hormonales influencent souvent le désir féminin. En effet, les oestrogènes libérés durant la phase folliculaire stimulent la libido et la lubrification vaginale. Tandis que lors de la phase lutéale, la progestérone calme et endort le corps. D’ailleurs le SPM et les crampes abdominales ne donnent pas forcément envie de faire l’amour. En outre, de nombreuses femmes souffrent de charge domestique et mentale. Or, difficile d’avoir des envies coquines quand on frôle le burn-out.

Les femmes ne se masturbent pas

Encore faux ! La preuve, en 2017, 76% des femmes déclaraient s’être déjà masturbées au moins une fois dans leur vie. À l’adolescence, les filles sont tout autant curieuses de leur corps que les garçons. Que ce soit pour mieux comprendre son intimité ou pour se donner du plaisir. Par ailleurs, les femmes se masturbent également alors que leur vie sexuelle est entamée. Ici rien à voir avec une quelconque frustration ou obsession. Il est surtout question de jouissance, de détente et d’épanouissement sexuel.

Néanmoins, attention à ne pas tomber dans le cliché inverse. Toutes les femmes ne se masturbent pas. Comme les hommes d’ailleurs. Chaque personne est différente et vit sa sexualité au gré de ses besoins et envies.

Les femmes ne regardent pas de porno

Désolé mais pas désolé, c’est faux ! Les femmes regardent aussi du porno. Que ce soit en solo ou en duo, les images et sons érotiques influencent aussi l’excitation féminine. Et il n’y a aucune honte à avoir. Si certaines femmes regardent du porno mainstream, c’est-à-dire hétéronormé et très domination masculine, d’autres préfèrent le porno dit ” féminin “.

Encore une fois, dans ce domaine, il n’y a pas de normes à respecter. Les femmes qui en regardent ne sont pas nymphomanes et les hommes qui n’aiment pas ça, ne sont pas fragiles…

Le sexe est déconseillé pendant les règles

Archi faux ! Rien ne l’interdit. Faire l’amour pendant ses règles n’est ni dangereux pour la santé, ni sale. De plus, cela serait dommage de s’en priver alors que certaines femmes ont une libido plus élevée à cette période. Sans compter que le sang lubrifie le vagin et que le sexe soulage parfois les douleurs menstruelles.

Cependant, cela nécessite tout de même quelques précautions. Tout d’abord, prévenez votre partenaire, surtout si c’est une personne sensible à la vue du sang. Ensuite, pensez à installer une serviette de bain pour ne pas tâcher les draps. Ou alors, si vous avez la flemme, faites-le sous la douche. Pour finir, si vous ne connaissez pas encore bien votre partenaire, pensez à utiliser un préservatif. En effet, comme le sang est un vecteur de maladie, le sexe pendant les règles peut augmenter le risque d’infections ou de MST. Rien de spécifique aux menstruations puisqu’une simple coupure de la zone génitale a le même effet.

L’éjaculation féminine est impossible

Également faux ! Les femmes sont tout autant capables d’éjaculer. En effet, lors d’une stimulation sexuelle ou un rapport, un liquide est expulsé de l’urètre. Différent du sperme, cet éjaculat est produit par les glandes de Skene situées entre le vagin et l’urètre.

De plus, il faut arrêter de croire qu’il existe un club privé des femmes fontaines. Sur le plan anatomique, chaque femme est capable d’éjaculer. Parfois quelques gouttes et d’autres fois, un jet de 50ml. Tout est question de connaissance du corps, de lâcher-prise et de plaisir.

Photo ©Ketut Subiyanto

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi