Face mapping : décrypter le langage des boutons

face mapping

Sur le nez ou entre les sourcils, la position des comédons en dit long sur leurs causes et origines. Selon le face mapping, chaque partie du visage est liée à un organe. Or qui dit boutons dit corps encrassé, qui travaille mal ou trop. Ainsi cette pratique consiste à se concentrer davantage sur le soin intérieur du corps plutôt que sur la routine beauté.

Le face mapping c’est quoi ?

Selon la médecine traditionnelle chinoise, chaque partie du visage est liée à un organe ou à des hormones sécrétées par le corps. Ainsi le face mapping consiste à mettre en corrélation localisation du bouton et fonctionnement, ou dysfonctionnement, de l’organisme. De cette manière, il est possible de traiter les causes des comédons plutôt que de s’acharner sur leurs symptômes. Allez, on range son patch anti point noir et on observe son visage.

La cartographie du visage

Le face mapping découpe le visage en huit zones, auxquelles il associe un ou plusieurs organes ainsi que des hormones.

  • Le front : la vessie, l’intestin grêle et le colon.
  • Entre les sourcils : le foie et les reins.
  • Les joues : l’estomac et les poumons.
  • Le nez : l’intestin et le coeur.
  • Autour de la bouche : le colon.
  • Le menton : les hormones, notamment celles du cycle menstruel.
  • Les mâchoires : à nouveau notre amie la progestérone.
  • Les oreilles : les reins.

La peau, un organe émonctoire

Mais quel est le rapport entre organes, peau et comédons ? Les déchets du corps ! En effet, la peau fait partie des émonctoires, les organes chargés d’évacuer les déchets et les toxines hors de l’organisme. Celle-ci les éliminent de deux façons. Soit via les glandes sudoripares c’est-à-dire la transpiration. Soit via les glandes sébacées et donc l’eczéma, les boutons ou l’acné. Quand l’hygiène de vie est équilibré, les organes fonctionnent normalement (ni trop lentement, ni trop rapidement). En revanche en cas de déséquilibre, l’organisme est trop fatigué pour tourner à plein régime. Les déchets stagnent dans le sang et/ou ressortent plus difficilement, notamment sous la forme de boutons.

Comment utiliser le face mapping

Prendre soin de sa peau via des gommages à l’acide de fruits ou des outils d’auto-massage, oui c’est utile. Mais cela ne doit pas nous faire oublier d’avoir une bonne hygiène de vie. Grâce au face mapping, il devient possible d’identifier les causes des boutons et de les traiter à la racine. Cette technique ancestrale nous permet également de mieux comprendre comment notre corps fonctionne et de prévenir les baisses de régime. Sans oublier qu’elle nous invite à relativiser. L’énorme comédon qui pousse entre vos deux yeux est un cadeau de la soirée trop arrosée de la veille. Comme votre gueule de bois, il disparaitra d’ici quelques jours…

Géolocalisation du bouton

Maintenant que le principe du face mapping est bien compris, il est temps de passer en revue les zones touchées par les comédons.

Le front

Des boutons sur le front sont le signe d’une alimentation peu variée ou déséquilibrée. Trop de gras, trop de sel et/ou trop de sucres. Les intestins sont encombrés et la digestion est longue et compliquée. Le stress joue également un rôle ici car il favorise l’hyperséborrhée donc la poussée de boutons. À noter que la frange n’arrange rien. Effectivement, les cheveux frottent le visage et empêchent l’évacuation de la transpiration et du sébum.

La solution ? Diversifier son alimentation à l’aide de fruits, de légumes et d’aliments riches en fibres. Limiter la junk food ou les bonbons. Sans oublier de bien s’hydrater pour faciliter l’élimination des déchets. Côté stress, la méditation, les huiles essentielles ou les pierres de soin sont un bon moyen de relâcher la pression. Tandis que les inconditionnel.les de la frange veilleront à nettoyer (avec douceur !) cette partie cachée du visage.

Les joues

Une irruption de boutons sur les joues, notamment en haut des pommettes, traduit un problème respiratoire. Ce type de comédons est commun chez les personnes vivant dans un milieu urbain très pollué et/ou qui fument beaucoup. Mais aussi chez les sédentaires à bout de souffle à chaque montée d’escaliers ainsi que celles qui croisent les jambes et bloquent leur respiration. Autre piste, les nids à bactéries que l’on presse souvent contre ses joues : le téléphone, l’oreiller ou le pinceau de maquillage peu nettoyé.

Comment y remédier ? L’idéal est d’arrêter la cigarette ou du moins d’en réduire sa consommation. Pratiquer une activité sportive, même s’il ne s’agit que de marcher trente minutes par jour. Décroisez les jambes bien entendu. Et si cela est possible, s’octroyer des escapades à la campagne, en bord de mer ou à la montagne. Sans oublier de nettoyer régulièrement son écran de téléphone, ses draps et ses pinceaux de maquillage.

La mâchoire et le menton

Merci les hormones ! Une poussée de boutons sur ces deux zones du visage sont caractéristiques du SPM et du cycle menstruel. Après l’ovulation, la progestérone grimpe en flèche et augmente la production de sébum. Le même phénomène se produit durant la grossesse ou la ménopause, deux périodes de bouleversement hormonal.

Ici, il n’y a pas grand chose à faire. Même si une alimentation saine, des compléments alimentaires ou une bonne routine de soin peut prévenir la poussée d’acné hormonale. La patience et le lâcher-prise sont de mises.

Le nez

Les comédons sur le nez indiquent une inflammation des intestins. Sans doute dû à une alimentation trop acide ou avec un indice glycémique élevé. Que l’on retrouve généralement dans les plats préparés et les aliments ultra-transformés riches en sucres raffinés et graisses saturés. Par ailleurs, ce type de boutons peut-être aussi le signe d’un taux de cholestérol important.

La solution ? En cas de doute, il vaut mieux faire une prise de sang pour surveiller son taux de cholestérol. Sinon une alimentation équilibre reste la clé. On privilégie donc le plus possible les plats faits-maison aux repas du traiteur. Ou en tout cas, on mise sur une préparation la moins transformée possible. Bon à savoir : après une période d’excès, il est possible de prendre des probiotiques pour restaurer la flore intestinale et la bonne digestion.

Entre les sourcils

À cet endroit précis, on peut parler de boutons de lendemain de soirée. L’alcool, en trop grande quantité, fait travailler le foie plus que de raison. Cependant, si vous êtes plutôt virgin mojito, ils peuvent être le signe d’une intolérance alimentaire : lactose, gluten…

Le secret ? Boire de l’alcool avec parcimonie et de l’eau sans modération. Côté alimentation, on fait des tests pour détecter une éventuelle intolérance alimentaire et supprimer le ou les aliments en question.

Autour des lèvres

Quand les comédons s’invitent autour de la bouche, c’est le signal d’une alimentation trop acide ou trop épicé. En effet les fruits acides, comme les oranges, et les épices ont tendance à irriter le colon. Si ces boutons s’accompagnent d’un gonflement des lèvres alors il s’agit surement d’une réaction allergique à un aliment ou à produit cosmétique. De plus, il ne faut pas confondre la simple imperfection avec le bouton de fièvre, qui se caractérise par un bouquet de vésicules jaunâtres.

Comment y remédier ? En réduisant votre consommation d’aliments acides ou épicés et en privilégiant ceux riches en fibres ou dit anti-inflammatoires. Côté allergie, une prise d’antihistaminiques et l’application d’une crème anti-inflammatoire est à envisager.

Les oreilles

Dernière zone du face mapping : les oreilles et les tempes. À cet endroit, les boutons traduisent un manque d’hydratation. Les reins ont du mal à faire leur travail. Surtout si en plus de ne pas boire suffisamment, on boit beaucoup de café et on mange fort salé.

Une seule solution : l’hydratation. Le corps a besoin d’1L voire 1,5L d’eau par jour pour fonctionner correctement. D’ailleurs, l’eau est le secret d’une belle peau.

Photo ©Polina Tankilevitch

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi