Exfoliation du visage : quel type de gommage choisir ?

gommage

Entre les nouveautés cosmétiques et le retour au naturel, l’exfoliation du visage n’a jamais été aussi complexe. Noyaux d’abricot, enzymes de fruits ou acides en tout genre, on ne sait plus où donner de la tête. Résultat, on se retrouve avec une peau à vif mais pas éclatante pour autant. Alors comment choisir entre gommage mécanique, chimique et enzymatique ?

Un coup de pouce à la peau

L’exfoliation du visage, aussi appelée gommage, est un soin de la peau qui permet d’éliminer les cellules mortes restées à la surface de l’épiderme. En effet, tout sauf immuable, ce dernier se renouvelle tous les trente jours. De nouvelles cellules se créent et d’autres meurent. Un équilibre parfait. Le problème c’est que bien souvent les peaux mortes ne se détachent pas immédiatement et peuvent étouffer l’épiderme. Avec à la clé des pores bouchés, un teint terne et des boutons. Ainsi l’exfoliation du visage vient donner un coup de pouce au travail naturel de la peau. Non seulement elle stimule la régénération cellulaire mais elle augmente aussi les bienfaits des autres soins puisqu’ils pénètrent plus facilement.

Mais si c’est autant efficace pourquoi on ne le fait pas tous les jours ? Tout simplement parce que la peau, surtout celle du visage, est fragile. Une exfoliation trop régulière ou trop intense est contre-productive car elle risque d’altérer le film hydrolipidique, la barrière de protection de l’épiderme. Incapable de se protéger des agressions extérieures et des bactéries, la peau devient alors déshydratée, moins souple et sujette aux rougeurs et boutons. Afin d’éviter ce retour de bâton, on pense à espacer les gommages de quelques jours pour les peaux grasses, d’une semaine pour les peaux sèches et de quinze jours pour les plus sensibles. Maintenant que l’on a compris l’utilité et le rythme de l’exfoliation, il est temps de choisir la technique.

Le gommage mécanique

Le gommage mécanique est encore aujourd’hui le plus connu et le plus utilisé. Malheureusement, il est aussi le plus agressif et totalement déconseillé pour les peaux sensibles et atopiques. Ici, il s’agit d’effectuer des mouvements circulaires sur un visage humide à l’aide des doigts et d’un gel ou d’une pâte contenant des grains. La plupart du temps des graines ou des noyaux de fruits broyés tels que l’abricot ou les fraises. Attention la douceur est de mise car il n’est pas de question de frotter mais plutôt de masser afin d’éliminer les cellules mortes. À noter que plus les grains sont gros, plus ils sont abrasifs. C’est pourquoi, il ne faut jamais utiliser le même produit pour le corps et le visage.

Même si après le soin, la peau est plus propre et plus lisse, le gommage mécanique a quelques inconvénients. D’une part, la majorité des produits du marché sont composés de grains synthétiques plutôt agressifs. D’autre part, comme il décape l’épiderme, il accentue les imperfections et excite les glandes sébacées.

Le gommage chimique

La technique d’exfoliation du visage qui commence à se faire connaître est sans hésiter le gommage chimique ou acide. Bien que son nom sonne un peu pétrochimie, il est bien souvent plus doux que le gommage à grains. Cette fois-ci on ne masse plus, on applique un produit composé d’agents acides en masque. Ces derniers vont alors attaquer les cellules mortes et les éliminer par desquamation. Contrairement à la technique précédente, on ne décape pas la peau, on accélère son processus naturel de renouvellement. En fonction de son type de peau et de l’action voulue, astringente ou anti-oxydante par exemple, on choisira l’acide glycolique, lactique ou salicylique.

Bien plus doux, le gommage chimique nécessite quelques précautions. En cas de peau sensible, il est préférable de tester le produit sur une petite partie du corps. Effectivement les agents acides peuvent provoquer une sensation de picotement ou d’irritation. Par ailleurs, comme ils sont photosensibilisants, il ne faut pas s’exposer au soleil juste après le soin et mettre de la crème solaire le jour suivant.

Le gommage enzymatique

Généralement confondu avec le chimique, le gommage enzymatique fonctionne de la même manière. Sauf qu’il utilise plutôt des dérivés de levure et des acides de fruits tels que la figue ou l’ananas. Connus sous le nom d’AHA, ces exfoliants sont encore plus doux et conviennent mieux aux peaux sensibles et atopiques.

Néanmoins, ils sont tout autant photosensibilisants et exigent des précautions identiques. Sans compter que les gommages enzymatiques sont parfois plus onéreux car innovants et dans l’air du temps.

Photo © Polina Kovaleva

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi