Démangeaisons, pourquoi ça me gratte ?

démangeaisons

Les peaux atopiques sont le terrain privilégié des démangeaisons. Ponctuelles ou chroniques, elles sont parfois très handicapantes surtout quand on ne sait pas d’où elles proviennent.

Quand ça gratouille

Une démangeaison ou prurit est une sensation de picotement, brûlure qui donne envie de se gratter. Comme la douleur, elle est très difficile à mesurer car le ressenti est individuel. L’intensité varie également en fonction de l’activité du moment. On remarque ainsi une tendance à s’exacerber en fin de journée ou la nuit quand le système nerveux est plus disponible. Le prurit peut être localisé, en lien avec une pathologie cutanée, une agression extérieure telle une piqûre de moustique ou généralisé. Une démangeaison diffuse est parfois révélatrice d’une maladie plus grave que seul un médecin pourra déterminer.

En fonction des zones qui démangent, les éléments incriminants sont souvent simples. Un cuir chevelu qui gratte révèle en général des parasites et pas seulement des poux. Un champignon peut être à l’origine de plaques, pellicules et démangeaisons. Au niveau de l’anus, il faut penser aux vers qui touchent majoritairement les enfants dans un habitat avec des animaux domestiques. Au niveau du pubis, les démangeaisons indiquent souvent la présence de morpions. Tandis que du côté de la vulve, il s’agit de champignons entraînant des mycoses. Les réactions localisées sur le visage surviennent parfois suite à l’utilisation de certains produits. Selon le type d’acné, on peut également souffrir de démangeaisons.

Lorsque le corps gratte tout en entier ou plusieurs zones mais de manière généralisée alors il s’agit souvent de maladies de peau tels que la varicelle, le zona, l’eczéma… 

Dermatose ou dermatite ?

Une dermatose désigne toutes les maladies de peau tandis que la dermatite ou dermite fait référence à celles qui se traduisent par une inflammation. Qui dit inflammation, dit souvent gratouillis à la clé. Dans les plus connues, on retrouve l’eczéma, caractérisé par des plaques rouges présentes sur différentes zones du corps. Appelée également dermatite atopique, elle fonctionne par poussées et se caractérise par une altération de la barrière cutanée. Celle-ci étant fragilisée, les allergènes présents par la pollution et les pollens pénètrent alors plus facilement dans les couches de l’épiderme. Ce qui entraîne une réaction immunitaire.

L’urticaire, quant à lui, fonctionne par crise. Avec des plaques qui grattent, et qui apparaissent et disparaissent rapidement dans les heures qui suivent. Elles font souvent suite à une agression extérieure comme l’absorption d’un aliment ou une piqûre. Les lésions partent sans laisser de trace et peuvent être localisées ou généralisées. Une crise est déclenchée par l’hyperactivité de certaines cellules qui libèrent au niveau de la peau des grains d’histamine. C’est l’histamine qui est responsable des démangeaisons. Certains facteurs favorisent ce symptôme comme la prise de médicaments inflammatoires, le stress, les frottements et l’exposition au soleil ou au froid. Car une crise n’est pas nécessairement une réaction à une agression extérieure. Elle est parfois chronique au point d’en souffrir plusieurs fois par jour. Très handicapante car imprévisible, avec parfois des lésions apparentes, une gêne sociale et des insomnies car les démangeaisons sont plus intenses la nuit.

Comment atténuer les démangeaisons ?

Beaucoup de pathologies liées aux démangeaisons sont traitées avec des antihistaminiques. Ceux-ci sont très efficaces puisqu’ils luttent contre l’action de l’histamine, la fameuse substance responsable du grattage. L’histamine est stockée dans les cellules immunitaires et libérée par les mastocytes stimulés par un corps étranger. L’hyperactivité des mastocytes cutanées est favorisée par une atopie, c’est-à-dire une prédisposition à développer une hypersensibilité. Une peau atopique est donc plus fragile et plus réactive à tous types d’attaques et tout le monde n’est pas égal dans ce domaine.

On connaît plus ou moins sa sensibilité cutanée, le plus dur étant de reconnaître le corps étranger à l’origine de la production d’histamine. Car les antihistaminiques traitent les symptômes: le fait de se gratter, mais pas la cause. Et comme pour de nombreuses réactions dermatologiques, il est parfois difficile de trouver. Rare est la raison psychologique, mais en discuter avec son médecin et/ou tester des médecines alternatives peut dénouer des blocages émotionnels participant aux démangeaisons.

Réaliser une anamnèse pour comprendre quand et pourquoi la peau se met à réagir peut également être une piste. La peau est un émonctoire, une porte de sortie donc pour de nombreux déchets de notre corps. Un engorgement de certains organes peut ainsi s’exprimer via la peau. On peut questionner son hygiène de vie, son environnement, son alimentation. Un microbiote intestinal déséquilibré peut avoir des répercussions cutanées, tout comme une intolérance alimentaire, détectable par prise de sang. Au même titre, les démangeaisons sont parfois le signe d’une allergie, repérable par des tests de contacts. 

Simples précautions

Pour pallier au côté atopique de la peau et atténuer les sensations de démangeaisons, quelques précautions s’imposent. Tout d’abord, éliminer les facteurs connus tels que les aliments ou les produits cosmétiques susceptibles de provoquer des réactions. Minimiser les contacts irritants des textiles synthétiques ou de la laine, qui chatouille facilement. Regarder son environnement pour éviter un chauffage trop important ou un air trop sec. En effet, la chaleur assèche la peau et la rend plus sensible. Un vêtement trop serré, peu respirant ou une couture mal placée peut également être à l’origine de frottement.

Enfin, il faut choyer sa peau, la nettoyer en douceur par exemple. Éviter les savons trop abrasifs, les bains prolongés, l’eau chaude et le lavage intempestif. Et surtout, on hydrate avec une crème et on protège du dessèchement avec une huile.

Photo © Drift Shutterbug

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi