Crème anti-âge : en a-t-on vraiment besoin ?

crème anti-âge

Dès leur plus jeune âge, les femmes entendent parler de crème anti-âge. Histoire de prévenir au plus tôt, ce soi-disant mal qui les rongent à partir de la trentaine : le vieillissement cutané. Pourtant ce phénomène est naturel et dépend en grande partie de la génétique. Dans ce cas, faut-il absolument se fier aux crèmes anti-rides proposées sur le marché ? Ou n’existe-t-il pas des alternatives plus saines pour le corps et l’esprit ?

Vieillissement cutané

Avant de parler de crème anti-âge, autant entrer dans le vif du sujet : le vieillissement cutané. Ce phénomène naturel accompagne la transformation du corps au fil du temps. Il s’agit d’un processus de déclin inévitable et programmé génétiquement. En effet, pour chaque être humain, il démarre à la naissance et s’accélère avec l’âge. Ainsi, rien ne peut le stopper même si certains soins peuvent le ralentir et le rendre plus confortable.

Plusieurs facteurs internes provoquent le vieillissement cutané et ses différents symptômes. Tout d’abord, le renouvellement cellulaire ralentit à partir de trente-cinq ans. Résultat : les cellules mortes ne sont pas remplacées et s’accumulent à la surface de l’épiderme. Ensuite la production de collagène et d’élastine diminue progressivement. La peau perd alors son élasticité et commence à se rider autour de la bouche, au coin des yeux et sur le front. Cette diminution progressive de souplesse s’accompagne également de sécheresse cutanée. Effectivement, l’épiderme s’affine et les glandes sébacées et sudorales sont moins actives. Sans compter que le film hydrolipidique protège moins la peau et la rend sujette aux marques et aux rougeurs. Pour finir, la baisse du nombre de mélanocytes favorise une pigmentation irrégulière de la peau voire parfois des tâches de vieillesse.

Le vieillissement cutané se caractérise donc par une multitude de transformations intérieures inévitables. Mais pas seulement. Il dépend également du patrimoine génétique de la personne et de son hygiène de vie. C’est pourquoi, il est difficile de croire qu’une simple crème puisse le ralentir ou le prévenir.

Un soin superficiel

Les crèmes anti-âge vendues aujourd’hui sur le marché sont généralement composées de trois ingrédients : des antioxydants, du rétinol et des actifs anti-âge. Les premiers aident la peau à lutter contre les radicaux libres et la pollution. Le second stimule le renouvellement de celle-ci et lisse les ridules. Et enfin les derniers hydratent et/ou nourrissent l’épiderme. Un bon programme en somme.

Sauf que ces produits n’agissent qu’à l’extérieur. Aucune crème, sérum ou huile n’est capable de pénétrer les couches profondes de l’épiderme. Ainsi, une crème anti-âge ne rajeunit pas la peau mais lui donne seulement un aspect “plus jeune“. À noter aussi que sans une bonne hygiène de vie, les meilleurs soins ne servent à rien. Certes, ils pourront camoufler ou réparer les signes de l’âge ou les imperfections mais ils ne seront pas capable de les empêcher.

Par ailleurs, leur utilisation peut même être contre-productive. Malheureusement, beaucoup de produits de soin sont composées d’irritants, d’allergènes et de perturbateurs endocriniens qui abîment la peau et nuisent à la santé sur le long terme.

L’importance d’une bonne hygiène de vie

Oui c’est vrai, le vieillissement cutané est un phénomène naturel conditionné par la génétique. Néanmoins, certains facteurs accélèrent ce processus. Le plus connu étant sans aucun doute le Soleil. Si se faire dorer la pilule est agréable, cela n’en reste pas moins néfaste sans protection. Très agressifs, les rayons UV entament progressivement le capital solaire et favorisent sécheresse cutanée et brûlures.

Le tabac, suivi de très près par l’alcool, est le deuxième facteur de vieillissement cutané précoce. En effet, les produits chimiques contenus dans les cigarettes détruisent la vitamine C, nécessaire à la fabrication de collagène, présente dans le corps. De plus, la fumée de cigarette contribue à la diminution de la taille des vaisseaux sanguins et donc à l’apport d’oxygène et de nutriments à l ‘épiderme. Rien de tel pour un teint gris et terne. De son côté, l’alcool agit de la même façon avec en prime un dessèchement cutané.

En outre, le stress et le manque de sommeil ont un impact négatif sur la peau. On le sait depuis peu, une anxiété constante altère, fragilise et empêche les cellules de se renouveler. Si on ajoute à cela des nuits trop courtes pour que l’épiderme puisse se régénérer, on obtient une peau fatiguée et relâchée.

Pour finir, une déshydratation régulière est le meilleur moyen de cultiver les rides, les rougeurs et les sensations de tiraillement. Car oui vouloir hydrater sa peau à l’extérieur c’est bien beau mais c’est plus efficace d’agir de l’intérieur. Ainsi, avant de penser à la crème anti-âge, il vaut mieux d’abord s’intéresser à son hygiène de vie. Limiter son exposition au Soleil et sa consommation d’alcool, arrêter la cigarette, boire et dormir suffisamment sont bien plus efficaces pour préserver jeunesse et santé.

L’efficacité du naturel

Vous avez une bonne hygiène de vie ? Vous pouvez penser maintenant aux produits de soins et même remplacer la crème anti-âge par des alternatives plus saines et moins coûteuses. Effectivement votre peau n’a pas besoin de caviar ou de la dernière technologie cosmétique pour être pleine de vie.

Côté hydratation, vous pouvez vous tourner vers des crèmes de jour à base d’eau et/ou des huiles végétales telles que l’huile d’amande douce ou de macadamia. Côté anti-âge, l’huile de bourrache et de rose musquée stimulent la synthèse de collagène. Tandis que certaines huiles essentielles, comme celle de ciste, de carotte ou d’hélichryse italienne, luttent contre le relâchement de la peau. En outre, un massage est un excellent moyen de faire pénétrer les soins et d’entretenir l’élasticité de la peau. D’ailleurs pourquoi ne pas utiliser un gua sha pour bénéficier également des vertus de la lithothérapie ?

Qui dit naturel, dit aussi une meilleure alimentation. Parce que oui le soin de la peau passe aussi par l’assiette. Ici, il s’agit de privilégier des aliments antioxydants et anti-inflammatoires tels que les fruits, les légumes, les épices, les poissons gras ou encore les oléagineux. La bonne nouvelle c’est que bien souvent les framboises, l’avocat ou le maquereau coûtent moins cher que la dernière crème anti-âge à la mode.

Je vieillis et alors ?

Finalement, qu’est-ce que la crème anti-âge si ce n’est une réponse aux normes de la société ? Lorsqu’on voit les différentes publicités, on a le sentiment que les femmes dépérissent à partir de vingt-cinq ans. Pire, la vieillesse et ses signes physiques deviennent des tares ! Alors qu’il s’agit d’un phénomène naturel touchant hommes et femmes et qui n’enlaidit pas les visages. Au contraire, les rides d’expression sont souvent la preuve d’une vie heureuse et bien remplie.

Le plus important n’est pas de rester jeune à tout prix mais plutôt de prendre soin de soi et de son corps au quotidien. Ne focalisez pas sur votre apparence mais concentrez-vous sur ce qui vous procure du bien-être. Un corps plein d’énergie, une peau qui se fait oublier, de la joie de vivre…

Photo © Karolina Grabowska

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi