Comment préparer une tisane ?

préparer une tisane

Entre plaisir et bien-être, la tisane est une boisson qui se déguste au quotidien. À base de plantes médicinales, elle apporte de nombreux bienfaits. Sommeil, règles douloureuses ou digestion, il y en a pour tous les goûts. Mais comment préparer une tisane ?

Le choix des plantes

La tisane est une préparation particulière à base de plantes médicinales séchées. Ainsi, la première question à se poser avant de commencer à préparer une tisane est ” quels sont les effets recherchés ? “. Si on cherche à se réveiller ou à lutter contre la fatigue, on se tourne plutôt vers le maté vert ou la menthe poivrée. Pour apaiser des règles douloureuses, on choisit plutôt de la sauge ou de l’achillée millefeuille. Ou encore, si l’on souhaite passer une bonne nuit, on utilisera de la mélisse ou de la passiflore.

Une fois que vous avez choisi un bienfait et une plante principale, vous pouvez en sélectionner d’autres à ajouter à votre recette de tisane. Soit en raison de leur synergie potentielle pour un effet décuplé, soit parce qu’elle apporte un goût supplémentaire. Par exemple, la passiflore, sédative et anti-spasmodique, se marie bien avec l’escholtzia qui atténue le stress mental. De son côté, la camomille allemande vient adoucir l’amertume de la sauge. Attention cependant à bien vous renseigner sur les contre-indications des plantes avant de les associer. Certaines ne peuvent pas être mise ensemble telles que la reine des prés et le saule blanc.

D’ailleurs en parlant de contre-indications, avant de préparer une tisane il est important de se renseigner sur les effets indésirables des plantes ou leurs interactions médicamenteuses. En effet, le millepertuis limite l’efficacité de la pilule contraceptive, le pissenlit est interdit aux personnes allergiques aux astéracées ou au latex et l’aubépine est déconseillée en cas de troubles cardiaques.

Bon à savoir : si vous avez la main verte, vous pouvez faire pousser certaines plantes médicinales dans votre jardin et les consommer en tisane. Sinon vous pouvez en acheter en vrac directement en pharmacie ou en herboristerie.

Infusion, décoction, macération

Préparer une tisane signifie également choisir entre l’infusion, la décoction et la macération. Effectivement ces trois méthodes de préparation ne conviennent pas à toutes les plantes et offrent chacune des avantages et des inconvénients.

Ainsi la première, la plus utilisée, consiste à verser de l’eau chaude sur le mélange de plantes puis de laisser infuser avant de déguster. Bien entendu, on ne parle pas d’eau bouillante car la chaleur disperse les principes actifs des végétaux. Niveau timing, le temps d’infusion dépend de la recette mais aussi du goût recherché. Plus c’est long plus c’est bon pour le corps mais pas forcément pour les papilles. À moins d’apprécier l’amertume. Cette méthode de préparation est particulièrement indiquée pour les sommités fleuries des végétaux : feuilles, fleurs et tiges. Les plus de l’infusion : la facilité et le côté plaisir. Le moins : le risque d’altérer les principes actifs de la plante avec de l’eau bouillante.

La décoction, quant à elle, consiste à laisser tremper les plantes dans de l’eau froide puis de faire bouillir le mélange. On filtre et on peut déguster. Ici le temps d’ébullition varie entre deux minutes et trois quart d’heure, tout dépend des végétaux choisis. En sachant que cette méthode de préparation convient parfaitement aux écorces, racines et tiges. Les plus de la décoction : des bienfaits plus importants et la possibilité de consommer la partie “dure” de la plante. Les moins : elle demande plus de temps, d’outils et un palais habitué à l’amertume.

Pour finir la macération consiste à laisse tremper les plantes dans de l’eau à température ambiante pendant trente minutes à quatre heures. De filtrer le mélange puis de la réchauffer légèrement avant de le déguster. Cette technique est surtout utilisée pour les végétaux riches en vitamines C qui craignent la chaleur. Les plus de la macération : un léger goût aromatique et une meilleure conservation des vertus des végétaux. Les moins : un grand temps de préparation et un risque de fermentation.

Conseils et outils

Qui dit savoir préparer une tisane, dit bons outils. Première chose à avoir dans son placard, une bouilloire. Plutôt en inox ou en verre pour éviter le plastique. Et avec un thermostat réglable afin de pouvoir maîtriser l’ébullition de l’eau. Bien entendu la traditionnelle casserole fait très bien l’affaire et sera toujours mieux que le micro-ondes.

Ensuite une théière, surtout si on a des invités ou que l’on a envie de boire plusieurs tasses. Encore une fois exit le plastique que l’on remplace par le verre, la porcelaine ou la terre cuite. L’idéal est de la choisir avec un grand filtre pour que les plantes puissent libérer tous leurs principes actifs et aromatiques. Pour réaliser les décoctions, il est possible d’acheter également un tamis ou une filtre en tissu. Sinon les solitaires aimeront les infuseurs en inox ou en grès parfait pour une seule tasse de tisane.

En outre, un bon matériel ne dispense pas de bon sens. Comme pour beaucoup de chose, la quantité ne signifie pas la qualité. Ainsi inutile de bourrer votre infuseur en pensant multiplier les bienfaits. Le mieux est d’en mettre en petite quantité pour que les plantes se diffusent pleinement. Généralement une ou deux cuillères à café pour 250ml d’eau. À noter que ces indications varient d’une plante à l’autre. Sans oublier qu’il ne vaut mieux ne pas consommer plus de trois ou quatre tasses de tisanes par jour. Même dans le cadre d’une cure. De plus, si on a plutôt une bouche sucrée, on se tourne plutôt vers le miel naturel que vers le sucre raffiné ou les édulcorants.

Instant dégustation

Maintenant que vous savez préparer une tisane, il est temps de passer à la dégustation. La règle d’or ? Prendre le temps ! Déjà pour éviter de se brûler la langue et de perdre l’usage de ces papilles. Mais aussi pour faire une pause, respirer un instant, se relaxer… Si la tisane dispose de nombreux bienfaits, il serait dommage de ne pas en profiter pleinement en instaurant un rituel de dégustation par exemple. Ou en la buvant qu’à des moments précis de la journée. Le matin pour se réveiller ou le soir avec un bouquin pour passer une bonne nuit de sommeil.

Photo @ Djordje Vezilic

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi