La visualisation positive : passer du rêve à la réalité

visualisation positive

” Croire c’est pouvoir “, si cet adage est légèrement agaçant, il n’est pas faux pour autant. En tout cas, pas selon les principes de la visualisation positive. Fondée sur la projection mentale, cette pratique vise à réaliser ses rêves grâce au pouvoir de la pensée. C’est bien beau mais comment ça marche ?

Simulation de vie

La visualisation positive, ou créatrice, se définit simplement par l’action de se représenter mentalement la réussite d’un ou de plusieurs rêves. Le but de cet exercice étant non seulement de mieux formuler ses objectifs mais également de les atteindre plus facilement. Simpliste en apparence, cette pratique est pourtant complexe. En effet, la visualisation positive part du principe selon lequel le cerveau est modulable et programmable. Grâce à sa plasticité, ce dernier est capable de s’adapter en fonction des messages qu’il reçoit et des expériences vécues. Or, en termes d’apprentissage ou de réactions émotionnelles, le cerveau ne fait pas vraiment de différence entre la réalité et l’imaginaire. Ainsi, la visualisation positive consiste à projeter une image mentale puissante capable de le ” tromper ” afin de développer un état d’esprit et des capacités particulières.

Loin d’être de la poudre aux yeux, cette pratique a été testée au cours de plusieurs études scientifiques. L’une consistant, par exemple, à demander à un groupe de sportifs de s’entraîner normalement et à l’autre groupe de visualiser l’entraînement. Résultat, les deux groupes se sont améliorés. Par ailleurs, la visualisation positive est née des recherches de plusieurs médecins et psychologues au cours du 20ème siècle. Celles d’Emile Coué sur l’auto-suggestion dans un premier temps. Puis celles de Franz Alexander sur les maladies psychosomatiques. Et pour finir celles du cancérologue Carl Simonton et notamment ses applications de la visualisation positive à des fins thérapeutiques. Bref, on est loin des gourous en tout genre.

S’entraîner par la pensée

Saviez-vous que de nombreux athlètes pratiquent la visualisation positive ? Rien d’étonnant puisque cet exercice procure de nombreux bienfaits. Tout d’abord, il permet d’améliorer les capacités physiques. En visualisant une mise en situation précise, on stimule le cerveau et on le pousse à travailler. Cependant, cette évolution n’est possible que si on possède déjà ce type de compétence. Si vous n’avez jamais touché un piano, vous n’allez pas devenir pianiste de renom. Par contre, si vous prenez régulièrement des cours, le simple fait de vous imaginer jouer, perfectionnera votre technique.

Ensuite, la visualisation créatrice favorise non seulement la concentration mais également la motivation. En se focalisant de manière positive sur un objectif précis, on met de côté les idées noires et les pensées limitantes. Avec la clé, un gain d’énergie mentale. De plus, cet exercice permet de générer de bonnes réactions émotionnelles. En vous imaginant réussir, vous pouvez envisager vos sentiments et vos sensations. Allez-vous ressentir de la joie ? De la peur ? Du stress ? Ainsi, vous serez capable de vous préparer psychologiquement à la situation et de réguler vos émotions.

Finalement, la visualisation positive est utile dans plusieurs cas. Que ce soit pour préparer un discours, un changement de carrière ou un grand voyage. Ou tout simplement afin de booster son estime de soi ou d’éliminer de mauvaises habitudes.

Comment s’y mettre ?

Si elle parfois difficile à comprendre, la visualisation créatrice est néanmoins à la portée de tous. D’ailleurs, inconsciemment on se projette déjà au quotidien. Même si la plupart du temps, on imagine des scénarios catastrophes. Oublier son passeport avant de prendre l’avion ou ne pas éteindre le gaz en sortant par exemple. Ici la difficulté réside dans le fait de le faire de façon consciente, positive et convaincante. Pour tromper votre cerveau, il est nécessaire de stimuler les cinq sens, ou VAKOG en neuro-linguistique. C’est-à-dire le visuel, l’auditif, le kinesthésique, l’olfactif et le gustatif. Mais rassurez-vous, avec un peu d’entraînement rien n’est impossible.

Adopter la positive attitude

Avant de vous lancer dans la projection mentale, apprenez d’abord à positiver au quotidien. Souriez le plus possible et essayez de penser que tout est possible. De plus, n’hésitez pas à remplacer vos interrogations et vos négations par des affirmations positives. Un peu à la manière de la méthode Coué.

Apprendre à bien visualiser

Ne partez pas tout de suite dans des rêveries compliquées. Commencez par quelque chose de simple et que vous connaissez. Un objet de la vie courante telle qu’une tasse de tisane par exemple. Fermez les yeux et imaginez la chaleur sur vos mains et l’odeur des plantes. Songez au liquide chaud qui coule dans votre gorge et au goût laissé sur votre langue. Réfléchissez à la sensation que cela vous procure. Par la suite, vous pouvez faire la même chose avec une situation particulière telle qu’une après-midi sur la plage.

Être à l’écoute de soi et de son environnement

Chez vous, prenez cinq minutes, le matin ou le soir, pour faire des exercices de respiration. Fermez les yeux et visualisez votre ventre se gonfler et se dégonfler. Puis concentrez-vous sur les bruits autour de vous. D’où viennent-ils ? Que représentent-ils ? Ensuite, vous pouvez faire la même chose avec les odeurs de la pièce. Que vous évoquent-elles ? Ici, il s’agit vraiment de vous entraîner à imaginer et décrire les choses proche de vous ou qui ont du sens pour vous.

L’autre exercice que vous pouvez réaliser consiste à analyser vos interactions avec les autres. Au travail, par exemple, offrez un café à votre collègue. Ensuite, observez et écoutez précisément sa réaction. Interrogez-vous également sur les émotions que cela vous procure. L’idée est de pouvoir par la suite visualiser le même type de scénario avec exactitude.

Se focaliser sur un objectif précis

Si les autres exercices n’ont plus de secret pour vous, vous pouvez entrer dans le vif du sujet. Il est temps de vous projeter dans la réussite d’un objectif. Pour ce faire, installez-vous confortablement dans une pièce calme. Surtout, assurez-vous d’avoir un peu de temps devant vous. La précipitation est contre-productive. Visualisez la scène de façon très précise. Ou êtes-vous ? Quel temps fait-il ? Comment êtes-vous habillé.e ? Qui est présent ? Que ressentez-vous à cet instant ?…Bref, plus les détails seront nombreux, plus la projection sera puissante. De plus, pour que cela soit efficace, pensez à répéter cet exercice chaque jour.

Bon à savoir : il existe des exercices adaptés à différents maux physiques et psychologiques tels que les insomnies et l’anxiété.

Photo © Los Muertos Crew

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi