La charge émotionnelle: prendre soin d’autrui et s’oublier

charge émotionnelle

Peu connue, la charge émotionnelle touche beaucoup de femmes. Parce qu’elle concerne les sentiments et les émotions, elle peut conduire au surmenage affectif sans crier gare. Mais comment l’identifier et surtout comment l’éviter ?

Un pur produit de la société

La charge émotionnelle ou charge affective, c’est cette tendance à se soucier d’autrui en permanence au détriment de son propre bien-être. C’est toujours penser à offrir des marques d’attention et d’amour à son entourage sans rien recevoir en retour. En définitive, on subit la charge émotionnelle, lorsqu’on place les désirs des autres au-dessus des nôtres.

Tout comme la charge mentale, la charge affective est invisible et source de souffrance. Elle peut provoquer un burn-out émotionnel. A force de ne se soucier que d’autrui, on finit par s’oublier. Les sentiments de contrariété, de frustration, d’incompréhension et d’insatisfaction s’accumulent jusqu’à l’implosion. Les victimes de cette charge ne sont alors plus capables de ressentir la moindre émotion. Elles peuvent également souffrir de dépression, de troubles du sommeil et de l’alimentation.

Malheureusement, la charge émotionelle touche essentiellement les femmes. Cette inégalité s’explique par les normes établies par la société depuis des années. En effet, de manière générale, on attend des femmes qu’elles soient naturellement polies, agréables et chaleureuses. Qu’elles soient prévenantes et donc qu’elles prennent non seulement soin de leur famille mais également de leur entourage et d’autrui. A l’inverse, la société attend des hommes qu’ils soient forts, qu’ils prennent en charge l’aspect financier du foyer sans se soucier du reste.

Une charge omniprésente

Contrairement à la charge mentale, la charge émotionnelle ne se limite pas au foyer. Elle est également présente dans la sphère professionnelle. D’ailleurs, en 1983, la sociologue Arlie Russell Hochschild, l’aborde sur le thème de “travail émotionnel “. Pour expliquer sa théorie, elle prend l’exemple des hôtesses de l’air qui doivent prendre en compte le bien-être des passsagers avant le leur. Elles sont alors en permanence dans l’empathie et dans le contrôle de leurs émotions. Plus largement, la charge affective peut se traduire par l’organisation de goûter et de cagnotte de départ au travail sur son temps personnel.

Dans sa BD, “La charge émotionnelle “, la dessinatrice Emma montre que cette charge est présente également au sein du couple et notamment d’un point de vue social. Les femmes, dans un couple hétérosexuel, ont tendance à mobiliser un maximum d’énergie pour préserver une vie sociale active. Elles vont gérer les sorties, les anniversaires et les cadeaux des proches et des amis. Ce sont elles qui vont pousser leur conjoint à entretenir un réseau amical en prenant des nouvelles régulièrement.

Enfin, cette charge affective, va avoir un impact sur la vie intime du couple. Les femmes vont chercher à tout prix à anticiper les besoins et les envies de leurs conjoints. De plus, comme la société pousse les hommes à taire leurs émotions, elles sont obligées de deviner ce qu’ils ressentent. Elles vont mettre en oeuvre toutes leurs ressources pour que leur moitié se sente bien au détriment de leurs propres besoins. Au final, ces femmes s’investissent émotionnellement plus dans la relation amoureuse.

A la recherche d’un équilibre

Savoir écouter et prendre soin des autres, c’est une bonne chose. Mais à condition de ne pas cesser de penser à soi. Il s’agit de trouver un équilibre entre ce que l’on donne et ce que l’on reçoit.

Un travail sur soi est nécessaire pour trouver cette harmonie. Ce travail passe par une meilleure gestion de l’intériorisation et l’extériorisation de ses sentiments. Il est important de savoir communiquer sur ses émotions et dire non quand quelque chose nous dérange. Savoir prendre du temps pour soi, pour se faire plaisir et ne pas hésiter à s’auto-récompenser en cas de réussite. La pratique d’un sport ou de la méditation peut également aider à évacuer les énergies négatives et à se recentrer sur soi-même.

Qui dit équilibre, dit égalité. La charge émotionnelle ne pourra s’alléger que si les hommes prennent leur part. Il ne faut pas hésiter pas à avoir une discussion ouverte et franche avec son conjoint afin qu’il prenne à son tour soin de vous. Ce sera sans doute difficile dans un premier temps, mais tout le monde peut progresser. Enfin, l’éducation joue un rôle très important dans cet équilibre à travers l’apprentissage de l’écoute et de la communication dès le plus jeune âge.

Photo ©Idy tanndy

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi