L’art-thérapie, une méthode de soin basée sur l’expression

l'art-thérapie, l'expression par le dessin

Blocs de couleur, mains dans l’argile ou enluminures, l’art favorise l’expression sous toutes ses formes. Libre, il permet de s’affranchir de la peur et de se (re)découvrir. Guidé, il encourage la communication et l’ouverture aux autres. Ainsi, l’art-thérapie est une démarche de soin particulière qui utilise la création comme un outil. Mais comment ça marche ?

L’art au service de la thérapie

Comme son nom l’indique l’art-thérapie utilise la production artistique comme un outil de soin. C’est une approche de la psychothérapie qui se base sur l’expression de soi, des émotions, des pensées mais aussi des conflits intérieurs. Par le biais de couleurs, de formes ou de matières, on offre la possibilité d’exprimer ce qu’il est impossible de dire. Moins frontale qu’une séance chez le ou la psy, l’art-thérapie est une façon détournée de travailler sur soi-même. Ainsi, elle s’adresse à toute personne en difficulté psychologique, physique ou sociale.

On distingue deux types d’art-thérapie, une dite ” traditionnelle ” et une plus ” moderne “. La première est née au courant du XXème siècle et se caractérise par un traitement psychothérapeutique. Elle est donc pratiquée par un.e psychothérapeute avec une spécialisation en médiation artistique. Tandis que la seconde, apparue dans les années 70, s’apparente plus à une méthode de soin alternative pour améliorer le bien-être. Elle fait donc partie du milieu paramédical.

Dans les deux cas, l’art-thérapie peut se réaliser à travers différentes pratiques artistiques. Le dessin, la peinture, la poterie mais aussi la calligraphie ou encore la photographie. D’ailleurs, il est important de comprendre que l’art n’est pas une fin en soi mais bien un outil. Ici, il ne s’agit pas de faire du technique, du beau ou un chef-d’œuvre mais de travailler sur un problème ou un mal-être.

Un travail sur le long terme

Comment se passe une séance d’art-thérapie ? Si on se concentre sur le modèle moderne, elle commence avant tout par une démarche individuelle de prise de rendez-vous. Ainsi que par un choix, celui de travailler seul.e avec l’art-thérapeute ou en groupe.

Dans le cas d’un tête-à-tête, le premier rendez-vous est un échange autour des raisons de la consultation, des difficultés rencontrées et du type de production artistique envisagé. Cet entretien permet de mettre en place un protocole de soin avec un suivi, des objectifs et un bilan. Attention, il ne s’agit pas de noter les créations mais de suivre la progression ” psychologique ” des patient.e.s. De plus, l’art-thérapie nécessite plusieurs séances, en fonction du problème et de son évolution, avant d’être efficace.

Au cours du processus créatif, l’art-thérapeute n’enseigne pas l’esthétisme ou la technique. Mais il.elle aide les patient.e.s à lâcher-prise, à s’exprimer à travers l’art par des encouragements ou des paroles rassurantes. À la fin de la séance, la discussion s’ouvre pour comprendre ce qui a été ressenti avant, pendant et après ce processus. Dans certains cas, un exercice ou un rituel de fin favorise le retour à la réalité.

L’art-thérapie étant une profession reconnue par l’Etat, il est possible de prendre rendez-vous en ligne sans inquiétude. En ce qui concerne le tarif, une séance d’une heure coûte entre cinquante et quatre-vingt dix euros. Malheureusement, non prise en charge par la sécurité sociale et l’est parfois par la mutuelle.

Entre création et libération

Parce qu’elle a de nombreux bienfaits, l’art-thérapie s’adresse à toute personne qui traverse une épreuve, telle qu’un deuil ou un divorce, qui refoule ses émotions ou qui a des blocages émotionnels. Qu’elle soit enfant, adolescent.e, adulte ou âgée. Cette forme de thérapie est également envisagée en cas de dépression ou d’anxiété.

Ainsi, elle permet de renouer avec le dialogue et de mieux communiquer. L’art est une forme d’expression différente, à la fois plus simple mais aussi plus profonde. Il laisse de la place à l’inconscient et offre une occasion de travailler sur soi. ” Que signifie cette couleur ou cette forme pour moi ? Qu’est-ce que je ressens en observant mon oeuvre ? “. D’ailleurs, l’autoportrait est un très bon exercice d’introspection.

En outre, l’art-thérapie favorise la libération d’émotions fortes telles que la colère et la tristesse. Mais elle atténue aussi la peur et l’anxiété. Notamment parce que le processus créatif occupe l’esprit et prouve qu’on est capable de donner vie à quelque chose. Sans oublier qu’elle nourrit l’imagination, la créativité et les images mentales positives. En ce sens, l’art devient un véritable outil de développement personnel et de bien-être.

Photo © Anna Shvets

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi