Accueillir l’hypersensibilité émotionnelle

hypersensibilité

Quand les émotions nous submergent pour un oui ou pour un non, elles deviennent rapidement source de contrariété et d’incompréhension de soi. Pourtant, bien vécue et acceptée, l’hypersensibilité est d’une grande richesse.

Qu’est-ce que c’est ?

Comme son nom l’indique, l’hypersensibilité est le fait de réagir plus intensément à quelque chose. De ressentir de manière décuplée, une émotion, une douleur, une odeur ou un son, car oui il existe différents types d’hypersensibilité. Aujourd’hui on parle beaucoup de l’hypersensibilité émotionnelle. Pourquoi ? Car de nombreuses personnes se sentent perdues face à ce flot de ressentis permanent, qui est très vite épuisant. Les personnes hypersensibles sont très réceptives à ce qui les entourent, avec une forte émotivité et une grande expressivité. C’est un tempérament qui toucherait environ 15 à 20% de la population. Un test mis au point par Elaine Aron peut vous aider à déterminer votre niveau d’hypersensibilité. Heureusement, si l’hypersensibilité est vue comme un trait de personnalité, ce n’est pas pour autant qu’elle vous définit.

Sensations et interprétations

Une personne hypersensible opère un traitement plus profond des informations sociales, émotionnelles ou physiques. Elle ne va pas seulement réaliser et comprendre les émotions mais véritablement les intégrer, d’où une empathie très forte. Face à quelqu’un qui pleure, elle va alors éprouver de la tristesse comme si c’était la sienne, voire plus. La sensibilité est la capacité de réagir de façon adéquate aux changements qui nous entourent. Avec une perception plus accrue de son environnement, la personne hypersensible va réagir plus fortement. Et la difficulté de ce fonctionnement réside dans le fait que ce qu’elle ressent, n’est pas forcément vrai. Ce n’est pas parce que la personne en face pleure, que celle-ci ressent de la tristesse ou se sent malheureuse.

Inné ou acquis ?

Se sentir hypersensible ne signifie pas que nous le sommes pour autant ou que notre organisme l’est. Énormément de facteurs influencent notre manière d’appréhender les choses, de percevoir la situation et de créer des émotions. Autrement dit, c’est l’expérience de la vie, notre éducation et notre environnement qui nous rendent également plus ou moins sensible. Cela commence même avec notre vie intra-utérine où nous avons déjà des ressentis. Ainsi, les émotions de la mère impactent le fœtus au même titre que son alimentation. L’hypersensibilité est donc le résultat de milliers de paramètres. L’organisme tient également un rôle important. Notre état physique influence nos sensations, on le voit très bien avec le cycle menstruel par exemple, où la gestion des émotions s’en retrouve souvent impactée.

Comment vivre avec ?

Être hypersensible n’est pas toujours accepté ou vu comme une force. À fleur de peau, on préférerait être autrement, plus détaché.e. En effet, prendre de la distance permet de mieux vivre les changements et les réactions déstabilisantes. Comment ne pas se sentir agressé.e par la remarque d’un collègue ou d’un ami par exemple. Plutôt susceptible, il ne faut pas confondre son propre ressenti avec l’intention de celui ou celle qui nous blesse, parfois même involontairement.

Il ne s’agit pas non plus de refouler ses sentiments ou de vouloir sans cesse “se calmer ”. Ressentir les choses plus intensément peut être moins confortable mais à la fois si puissant. On est plus à l’écoute, créatif, authentique, en quête de sens et de valeurs. Nos émotions décuplées, parfois difficiles à contenir, sont aussi celles qui nous guident. En accueillant ses émotions, en écoutant son intuition, l’hypersensible développe une sorte d’hyper conscience. Une ressource et qualité qui permet d’être véritablement connecté.e à soi-même et au monde.

Photo © Puwadon Sangngern

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi